Hélyette Laborelli, Vice-Présidente de Regards Croisés.

La beauté d’un paysage, d’une fleur des champs. Le visage d’une femme, le chagrin en suspend. La photo est magique, elle épargne les rides du temps.

Bonjour Helyette, c’est par hasard que j’ai trouvé votre poème sur votre page « de vous à moi ». Je voulais en faire profiter mes membres. Présentez-vous en quelques mots !

Bonjour, je m’appelle Helyette LABORELLI, tout d’abord je tiens à vous remercier pour le petit reportage que vous avez fait sur ma passion. Je suis une niçoise de cœur. Ça fait une dizaine d années que je fais de la photo. Mes amis vous diront que je suis une personne dynamique. J’aime aussi la lecture, la poésie et la politique.

Pourquoi vous intéressez-vous à la photographie ?

La photo ne triche pas elle reflète, la beauté, la tristesse ou la joie du moment et puis elle est éternelle. Chaque photo est unique, on pourra faire 10 fois 20 fois la même photo, elle sera jamais identique.

Dans votre page FACEBOOK «De vous à moi »vous photographiez des paysages, animaux, de l’architecture. Avez-vous un domaine de prédilection ou aimez-vous testez différentes pratiques ?

Je n ai pas de domaine de prédilection. Mon appareil photo m’accompagne partout, mais pour tout vous dire je peux rester des heures à contempler la mer je teste tout. Le plus compliqué pour moi c’est la Macro (photographier le plus petit), mais je continu dans ce domaine et j’espère m’améliorer (c’est nécessaire pour les insectes). La plupart du temps, mes photos sont prisent sur l’instant présent. Bien entendu pour zoomer ou pour la macro, il faut prendre son temps, car dans ces deux cas, il ne faut pas bouger, je dirai même que j’évite de respirer le temps nécessaire. Je demande à mes membres de me faire parvenir leur cliché afin de les publier avec leur prénom, ce qui est pour moi très important car on voyage dans le monde entier au travers de ma page.

Côté nature, comment capturez-vous les images? Quelle est votre technique pour obtenir la bonne photo ?

Ma technique est simple, il ne faut pas se fier à son appareil quel qu’il soit. Je regarde l’objectif à photographier et j attend le bon moment, soit la lumière n’est pas bonne, si c’est un lieu public, il y a trop de monde. La patience est vraiment nécessaire si on recherche la photo parfaite. Et puis il y a le coup d’œil, si vous ne l’avez pas, il manquera quelque chose à vos clichés. Il m’est arrivé de passer des heures pour obtenir LA PHOTO. Prenez Mars (ou plutôt la lumière qu’elle reflète), je me disais pourquoi pas!!! J’ai du zoomer x40, je ne respirais plus, ne bougeais plus, j’ai du recommencer plusieurs fois, car un simple souffle et la photo est floue. Mais quand on voit le résultat, c’est tout simplement magique. C’est ça la photo.

Vous avez photographié des hommes politiques, il y a t-il des contraintes dans cet exercice particulier?

En effet, j’ai fais des campagnes électorales, c’est tout simplement génial. Oui il y a des contraintes nécessaires, car il y a le droit à l image. Tenez, si vous photographiez le candidat en pleine discussion avec des électeurs potentiels, vous devez leur demander l autorisation, vous ne pouvez pas prendre de clichés de voitures si on voit les immatriculations. En fait quand on fait la campagne pour un homme-femme politique, le mieux c’est de rester en retrait, ainsi vous pouvez choisir le cliché que vous allez faire. Il faut toujours essayer de prendre le candidat en mouvement, ça donne un cliché naturel. Pour obtenir une dizaine de photos satisfaisantes, le candidat choisira parmi la cinquantaine de clichés que je lui aurais fait parvenir chaque soir de la campagne.

Avez-vous été amené à faire des photos qui vous ont particulièrement touchée ?

Il y a un peu plus d un an, une association m’a demandé de faire des photos pour le Noël des enfants malades dans un service hospitalier. Une fois sur place ma première réaction a été de dire « Je n’y arriverai jamais », le sapin rempli de jouets, une musique joyeuse résonnait, la kinésithérapeute est passée en dansant, ce fut le déclic. Entendre le rire des enfants, les yeux brillants, la batterie de mon Sony s’est vite épuisée, on peut tout faire sans jamais être considéré comme du voyeurisme. On dit que le photographe est toujours seul, oui mais avec son cœur.

Avez-vous des photographes qui vous inspirent ? Si oui, lesquelles ?

Pour moi chaque photographe est unique, ma passion est universelle.

Question Signature: Quel est votre lieu préféré sur la région PACA ?

Le monastère de Cimiez et son jardin, c’est mon lieu de prédilection pour photographier la roseraie.

Nawel Boumehdi.

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s